Gâteau au vin rouge et aux vermicelles de chocolat, Dans la marmite de … Thierry Philipp

A Ferrette, on l’appelle le « rossignol de la mairie ». Mais, Thierry Philipp ne pousse pas seulement la chansonnette sur son lieu de travail, il fait également parti, depuis 1997 d’un chœur de 25 hommes,  « l’Union Chorale 1882  » où il est tantôt soliste tantôt secrétaire, chantant des chants contemporains, de la musique sacrée ou encore négro-spiritual en allemand, italien, anglais et même russe. Mais Thierry a bien d’autres cordes à son arc et est également un excellent cuisinier et fin  pâtissier. Il faut dire qu’il a été à bonne école à Ueberstrass auprès de sa maman  » qui était un vrai cordon-bleu ». Petit dernier d’une famille de huit enfants, il est avec ses frères et sœurs « surtout les trois plus jeunes » toujours dans la cuisine à regarder faire la maman « mais c’était désespérant car elle raclait tellement bien les fonds que nous n’avions plus rien à lécher ». Une maman qui cultivait elle-même les légumes pour toute la grande famille et Thierry se souvient « elle se levait à 4h du matin pour cueillir les légumes, elle ramenait alors  des brouettes de haricots et de petits pois que nous les enfants devions effiler et écosser et l’après-midi elle en faisait des conserves pour l’hiver. Pour nous c’était une corvée, comme une punition, nous ne comprenions pas que cela nous permettait d’avoir à manger toute l’année » . Une maman qui cuisinait des plats familiaux comme la blanquette de veau, la choucroute, les bouchées à la reine quand la famille était au complet mais elle aimait  également s’essayer avec talent à des recettes plus sophistiquées quand les tablées étaient plus petites comme des queues de langoustines aux asperges vertes ou une chartreuse de faisan. Aujourd’hui Thierry a pris le relais avec talent et lorsqu’il vous sert une petite salade de haricots avec des queues de langoustes et du foie gras le tout assaisonné avec une vinaigrette au jus d’oranges et à l’huile d’olive, vos papilles se régalent.

Gâteau au vin rouge et aux vermicelles de chocolat

Ingrédients:

  • 250g de beurre
  • 250g de sucre
  • 325g de farine
  • 150g de vermicelles de chocolat
  • 1 sachet de levure chimique
  • 1 sachet de sucre vanillé
  • 1 bonne cuillère à café de cacao amer
  • 1 bonne cuillère à café de cannelle
  • 10 cl de vin rouge bien corsé (genre Corbières)
  • 5 œufs

Pour la ganache : 200g de chocolat noir et 100g de beurre

Préparation:

Travailler le sucre et le beurre en pommade. Rajouter la farine, la levure, le sucre vanillé, la cannelle, le cacao amer et les vermicelles de chocolat. Ajouter ensuite les œufs un à un, en mélangeant bien entre chaque œuf.

Faire cuire la pâte dans un moule à manqué de 26 cm de diamètre beurré dans le four préchauffé à thermostat 6 (180°) pendant 1 heure. Démouler et laisser refroidir.

Faire fondre le chocolat avec le beurre (pour alléger on peut remplacer le beurre par de la crème épaisse) bien mélanger et laisser légèrement refroidir, napper ensuite le gâteau.

0 comments on “Gâteau au vin rouge et aux vermicelles de chocolat, Dans la marmite de … Thierry PhilippAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *