Gâteau aux pommes, Dans la marmite de … François Kempf

Enfant, il hésitait entre devenir cuisinier, curé ou marin. Finalement il sera marin, mais un marin qui cuisine bien.

Originaire de Ferrette où son père était patron-boucher, François Kempf grandira avec ses six frères et sa sœur à Burnhaupt où sa famille s’installe par la suite. Il se souvient d’une maman très bonne cuisinière et « très méticuleuse, tout ce qu’elle faisait elle le faisait bien, et déjà à l’époque, elle mitonnait des sauces délicieuses. » C’est avec elle qu’il débute en cuisine, « la première chose que ma mère m’a appris était la cuisson du riz » .  Mais depuis il a fait bien des progrès, et son coq au riesling et à la crème ne laisse pas indifférent ses invités.

Après le certificat d’études passé à l’école des pères, François voit un jour une annonce pour l’école de navigation rhénane de Strasbourg, il s’inscrit et passe son CAP, sortant 1er de sa promotion. Après son service militaire  dans la marine il sera donc  batelier sur le Rhin et transportera minerai de fer, charbon, coke et pétrole.  Mais il quittera l’eau pour l’électricité, chez EDF. C’est également l’époque de la petite reine que François enfourche chaque année pour 3500 à 5000 km, sept cols dans les Vosges ou trois dans les Alpes en une journée ne l’effraient pas. Il abandonne le vélo lorsqu’il s’installe définitivement pour sa retraite à Bendorf en 1996.

François Kempf a découvert Bendorf à l’âge de trois ans, en 1944,  » sur le vélo d’un ami boucher » . Il  est revenu chaque année en vacances et sa passion pour les arbres et la nature est née là. Avec 120 arbres fruitiers dans son  verger de 33 ares et quantité d’arbres et de fleurs autour de la maison, le retraité a fort à faire, également moniteur arboricole, secrétaire de la fédération des producteurs de fruits et bouilleurs de cru du Haut-Rhin, rédacteur pour le Haut-Rhin dans la revue Fruit et Abeille et parfois même poète à ses heures perdues. Chaque année, il produit environ 300 litres de jus de pommes et environ 40l de vinaigre de pommes de son verger. Et quand il lui reste un peu de temps, il organise des animations soit au centre de vacances EDF avec visite de verger et du pressoir ou bien dans le cadre des projets écoles dans le Jura alsacien, il visite avec son pressoir et son savoir les écoles pour transmettre sa passion aux enfants.

Gâteau aux pommes

Ingrédients :

  • 180g de sucre roux
  • 3 œufs
  • 1 tasse à café d’huile
  • 125g de farine
  • 1 pincée de sel
  • 1 sachet de levure alsacienne
  • 1 kg de pomme (Boscop, Rambour d’hiver)
  • 1/2 cuillère à café de cannelle

Préparation :

Verser dans une terrine les œufs et  150g  de sucre et la cannelle. Bien battre au fouet jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajouter l’huile puis la farine, le sel et la levure en mélangeant bien à chaque fois.

Beurrer et fariner légèrement la tourtière, verser la pâte et recouvrir avec les pommes coupées en lamelles (elles vont s’enfoncer dans la pâte). Saupoudrer avec le reste de sucre et faire cuire dans le four préchauffé à 200° pendant 3/4 d’heure.

0 comments on “Gâteau aux pommes, Dans la marmite de … François KempfAdd yours →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *